Des bulles pour les docs

Accueil - Auteurs - Titres - Niveau
Bandeau
© Jeanne Vernay
Des bulles pour les docs, qu'est-ce que c'est ?

Un site pour les professeurs documentalistes qui aiment la bande dessinée, et pour ceux qui ne l'aiment pas ! Je suis professeur documentaliste dans un collège du Loiret, et j'aime la BD. Je vous propose mes impressions de lecture d'albums, pour le collège, le LP et le lycée. Point de vue forcément subjectif, voire partial, où piocher des idées pour compléter un fonds documentaire ou se faire plaisir...


La dernière bulle...
 Couverture de l'album

























Jours de sable / Aimée de Jongh. Dargaud, 2021. 978-2-5050-8254-5. 29,99 €.


 John Clark, 22 ans, devenu photographe pour exister aux yeux d'un père qui exerçait ce métier mais n'a jamais prêté attention à son fils autrement que pour lever la main sur lui, cherche un emploi plus intéressant que le poste de journaliste aux faits divers qu'il occupe. Il est embauché par un organisme gouvernemental qui veut documenter la vie des fermiers américains pauvres, en particulier à la suite de la crise de 1929, afin de mettre en place les structures d'aide que Roosevelt veut instaurer. Pour cela, on cherche un photographe capable de rendre compte des conditions de vie dans le « Dust Bowl » : une zone à cheval sur le Kansas, le Texas, le Nouveau-Mexique, le Colorado et l'Oklahoma. Cette zone a été nommée ainsi à cause des tempêtes de poussière qui l'ont transformée en un véritable désert depuis quelques années. Ce phénomène est dû en partie à l'activité humaine : les fermiers se sont installés au début du 20e siècle, quand les terres étaient bon marché. Ils ont installé des troupeaux qui ont brouté l'herbe, et ont labouré de larges espaces, ignorant que c'était l'herbe qui retenait la terre. Une fois l'herbe arrachée, la couche supérieure de terre a commencé à s'éparpiller dans l'air au moindre coup de vent. La poussière et le sable se sont mis à former d'épais nuages noirs. C'est ainsi que le Dust Bowl est né, renforcé par la sécheresse et la chaleur.

    Muni de son matériel et d'une feuille de route, John découvre cet enfer sur Terre, où vivent des familles totalement démunies, tentées par l'exil. Il commence son travail de collecte en se trompant beaucoup, car on lui a demandé des mises en scène précises : des enfants orphelins, une famille sur le départ... Il va progressivement comprendre que la photographie ne peut montrer que la surface des choses, et que sa vocation est un fardeau dont il lui faut se débarrasser. Pour cela, il lui faudra s'approcher au plus près des êtres, comprendre ce lieu où les assiettes sont toujours posées à l'envers sur la table pour éviter d'avoir à les essuyer sans cesse, où les journaux servent à tapisser les murs pour limiter la pénétration de la poussière dans les maisons, où l'outil de base à avoir avec soi est une pelle, où l'oreiller au matin garde l'empreinte de votre tête entourée de sable et où les enfants meurent de la « pneumonie de la poussière ».
« J'ai appris combien la poussière diffère du sable. Le sable est concret. On peut en sentir les grains quand ils glissent entre les doigts. La poussière est beaucoup plus fine. On ne peut pas en distinguer les particules. Etonnamment, la poussière semble se comporter... comme de l'eau. Par conséquent, le paysage d'ici ressemble à un océan secoué de vagues. Pour les gens du coin, de telles distinctions comptent peu. Ils doivent vivre avec ces deux fléaux... les nuits de poussière... et les jours de sable. »

    Avoir partagé cela avec les gens d'ici change tout pour John, qui décide de se mettre à vivre vraiment. Cet album raconte un parcours bouleversant, dont la charge d'émotions est amplifiée par son aspect documentaire. Des photographies d'époque jalonnent les pages dont le dessin précis est parfois estompé par les atmosphères de tempête de sable. Un cahier documentaire complète d'ailleurs l'ouvrage, qui permet de comprendre plus en détail le programme de la FSA (Farm Security Administration, qui mandate John dans l'histoire). Il nous apprend que le Dust Bowl a disparu en 1939 avec le retour de la pluie, mais que le réchauffement climatique peut faire craindre sa réapparition malgré les progrès des techniques agricoles. Un très bel album, à glisser dans les mains des professeurs d'histoire et l'anglais, à proposer en fin de collège, au lycée et LP.
Pour vous retrouver parmi les bulles...
Trois accès possibles :
- par auteur,
- par titre,
- par niveau de lecture (dès le collège / à partir du lycée).

D'autres lectures sont à retrouver sur le site (aux multiples ressources) des professeurs documentalistes de l'académie de Dijon.

Mise à jour : 12/09/2021 - Contact